Recensions

«Le sens de la vie et de la nostalgie de la nature dans l'art de Paolo Grigò» par Ilario Luperini

Nombreux sont les maîtres du XXe siècle, avec qui le travail artistique de Paolo Grigò a débuté, des hommes avec qui il a eu des relations directes (Silvano Pulcinelli, Romano Masoni, Gipi) aux plus grandes personnalités de la sculpture italienne, premièrement Manzù et Greco, sans oublier la grande, ancienne tradition de la sculpture en Toscane.

Bien entendu, après l'artiste a suivi son propre chemin, il a vécu des expériences originales, il a progressivement forgé un langage d'un impact communicatif, en utilisant au mieux les secrets des techniques de ses opérations qui ont été enrichies, en vertu d'une rare capacité d'assimilation et de révision. Il a atteint des niveaux significatifs d'intensité expressive, assumant un rôle de premier plan dans le panorama complexe de la production artistique d'aujourd'hui.

Une personnalité à multiples facettes qui vit intensément son temps. Maître de nombreuses techniques, Grigò se mesure avec des thèmes importants et d'actualité forte, en évitant toujours les impétuosités déclamatoires en faveur de l'honnêteté intellectuelle, de la rigueur linguistique et de l'intégrité des idées et des comportements.

Ses peintures sont de véritables organismes pulsatoires, pleines d'éclairs, d'iridescence, d'apparitions et de décharges d'énergie qui mènent à des parcours aussi bien fascinants que troublants dans la réalité, un système complexe a même révélé à partir des relations étroites entre jeu de couleurs et de formes: une couleur maintenant plus aigre et provocante, maintenant plus souple et persuasive qui vous permet de regarder l'homme jusqu'au fond, d'entendre et d'aimer autant la souffrance, de saisir la merveilleuse relation entre le sens de la vie et la nostalgie de la nature, avec l'espoir de découvrir des mondes moins névrotiques et plus austères. Les ocres, oranges, jaunes, verts, bleus, traités avec des pâtes chaudes, occupent une grande partie de l'espace pictural, à l'intérieur duquel, grâce à l'attention compositionnelle habituelle, les formes rythmiquement conçues se déplacent. Dans les œuvres de ces derniers temps, les formes s'élèvent avec une force magnétique par des fonds de plus en plus modérés par la densité de la matière picturale, enrichie, souvent, par des signes, des graffitis, des morceaux de couleur, des inserts de matériaux. Une nouvelle tension sur la toile monte, probablement déterminée par une prise progressive de conscience de la limite, du gigantesque et peut-être un vain effort pour échapper à l'approbation de l'homme et aux chaînes du conformisme. 

Des moyens créatifs similaires caractérisent son œuvre sculpturale. La capacité extraordinaire de déplacer les surfaces en bronze avec des signes en plastique contrôlés et d'une rare intensité, la sagesse d'éviter l'importance de la monumentalité festive, infusant la pierre et au bronze leur intériorité unique et authentique, incitent toujours une participation unanime à son acte créateur. Il est assez étonnant de constater la maîtrise dans la sensibilisation de la surface tant dans la ronde-bosse façonnée avec douceur et harmonie, qu'en bas-relief, dans laquelle la modulation claire-obscure des plans est parfois donnée par des empreintes ou des signes profondément gravés; des signes qui émergent souvent des espaces infinis, marqués par des mains tremblantes conquises par la nature fascinante de la matière.  Les formes en bronze acétal, notamment les volumes féminins recueillis dans leurs masses aux formes rebondies et pleines de sensualité ou des formes totémiques mystérieuses sont façonnées à différents niveaux de profondeur plastique dans laquelle la lumière se glisse avec des effets de variabilité tonale convaincantes, en traînant dans les rainures profondes et en glissant rapidement dans les ondulations imperceptible de la surface.

La sculpture permet à Grigò de s'en servir comme plan de projection dans lequel se plonger pour travailler de l'intérieur, pour progressivement éliminer tout ce qui semble superflu à l'efficacité de l'image, sans jamais ignorer la référence aux données réelles, à la forme reconnaissable qui représente toujours la clé de la lecture même pour des élans d'abstraction pure.

Un parcours artistique, donc très riche où rêve et réalité, chronique et histoire, amour et mort deviennent les pôles entre lesquels l'homme est confronté à son poids charnel et à sa relation difficile avec la nature, avec la tristesse et la joie du quotidien, avec la responsabilité et la grandeur de la conscience face à la vérité de la vie.